Biographie

Hello, je suis Anne Marie, bienvenue sur mon blog.

Recent posts

Nos abonnés sur les réseaux sociaux

1,520FansLike
1,207FollowersFollow
845FollowersFollow

Épisode 11. Les crêpes de la colère

Épisode Les crêpes de la colère

( initialement diffusé le 15 avril 1990)
L’émission a évolué lentement d’une émission sur une famille de la classe moyenne supérieure à une émission sur la ville inhabituelle de Springfield. Cet épisode présente notre premier regard en dehors des limites de la ville et aussi aux États-Unis. Les Simpson auraient fait de nombreuses sorties familiales à l’étranger pour se moquer, se moquer et parodie d’autres éléments et coutumes dans les pays étrangers, mais lors de ce premier voyage international, seul un Simpson fait le voyage. Cet épisode a quelques idées intéressantes, mais à la fin, il me semblait assez acidité.
Commençons dans un territoire familier : Bart explose les bains scolaires avec une bombe de cerise, occupée à l’époque par Agnes, mère du principal Skinner (dans une étrange première apparition dans laquelle est assez gentil, par rapport à la sorcière trop critique qui est maintenant). Ce dernier incident entraîne Skinner approchant Homer et Marge pour permettre à Bart d’entrer dans un programme de changement pour libérer un peu le gars de ses cheveux. Cela dit, Bart est envoyé en France, et les Simpsons accueillent un Albanais apparemment doux nommé Adil. Cette histoire secondaire contient beaucoup de choses fantastiques, avec des lignes très simples sur les conflits entre les cultures, comme quand Homer interrompt une discussion entre Lisa et Adil (« Peut-être Lisa a raison sur le fait que l’Amérique est la terre des opportunités, et peut-être celle d’Adil j’ai eu un point sur le mécanisme du capitalisme qui est huilé par le sang des ouvriers. ») Homer joué par Adil pour récupérer des projets et des photographies confidentielles de l’énergie nucléaire pour sa terre natale est une intrigue intéressante, légèrement sombre, mais la naïveté de Homère dans le monde entier épisode, même vers l’arrestation du garçon, donne de l’humour.
L’ histoire principale, cependant, n’est pas très amusante : Bart découvre qu’il a été confié aux soins de deux paysans racky et égoïstes de la campagne française, qui utilisent essentiellement Bart comme esclave, travaillant dans les champs au lieu de leur mule beaucoup plus aimée. Ils volent ses affaires, le font dormir sur le sol et lui font tester du vin potentiellement dangereux lacé avec de l’antigel. Tout d’abord, cette intrigue me dérange par un niveau logique : quel genre de programme d’échange est-ce que ces deux méchants peuvent se passer avec le rôle d’un enfant de dix ans ? Ils envoient Bart à leurs soins aveuglément et sont supposés être d’accord ? Mais en plus de ça, c’est triste de voir Bart être pratiquement torturé pour la plupart du spectacle. Il y a quelques bonnes lignes ici et là, mais c’est une sorte de honte de voir un enfant utilisé et abusé de cette façon, surtout quand cela vous rappelle des histoires réelles de ce genre d’activité horrible en cours.
Bart est sauvé quand il parvient miraculeusement à quereller la langue française et ou ses soignants et leurs manières criminelles (commente plus tard : « Donc, en gros, j’ai rencontré un Français mignon ») et Adil finit par se tromper une fois de plus avec un garçon américain pris en Albanie. C’est un épisode qui semble avoir pu être plus touchant et visant à présenter d’autres cultures puis à les déchirer, mais il devient trop confus dans l’obscurité de la malheureuse situation de Bart. commentaires sur la France en plus de ceux qui font des vignerons. L’histoire B est beaucoup mieux, mais elle a aussi l’air un peu sombre. Je suppose qu’avec quatre écrivains crédités sur ça, un peu de mash-mashing a dû arriver.
Morsels et citations
— Le début de l’épisode est brillant, avec Homer tombant dans les escaliers et ne parvient pas à se déplacer à cause de son tour en arrière. Le Petit Helper du Père Noël et Maggie s’endorment à côté de lui, et les batteries décolorées de la poupée Krusty parlante sont incroyables, tout comme le frisson affaibli d’Homer quand Marge et Lisa le trouvent (« Le garçon… Apportez-moi le garçon. »)
— « M. et Mme Simpson, nous avons transcendé l’incorrigible. Je ne pense pas que la suspension ou l’expulsion fera l’affaire. Je pense qu’il est approprié pour nous tous d’envisager… la déportation. « 
— [Marge] Bart ne parle pas français.
Oh, quand il est complètement immergé dans une langue étrangère, l’enfant moyen peut devenir couramment en quelques semaines !
Oui, mais qu’en est-il de Bart ?
Je suis sûr qu’il en prendra assez pour s’en sortir.
— Envoyer Homère à son fils est amusant et doux : « Rappelez-vous toujours que vous représentez votre pays. Je suppose que ce que je veux dire, c’est de ne pas confondre la France comme tu as foiré ta chambre. »
— L’introduction de l’assemblée de Skinner à Adil est une brillante parodie des relations américaines et de la façon dont nous voyons des cultures radicalement différentes : « Vous pourriez trouver son accent particulier. Certains aspects de sa culture peuvent sembler absurdes, voire offensants. Mais je vous invite tous à donner le bénéfice du doute au petit Adil. De cette façon, et seulement de cette façon, nous espérons mieux comprendre nos voisins arriérés à travers le monde. « 
— La seule chose vraiment drôle en français est le plan des deux frères de mettre l’antigel dans leur vin (« Trop peut être du poison, mais la bonne quantité donne le bon coup de pied au vin. »)
— Il m’a toujours semblé étrange que lorsque Bart, visiblement pauvre et affamé, raconte au policier toutes les choses horribles que César et Uglion lui ont faites, le policier réagit choqué par l’antigel du plan. Je suppose que c’était une blague, mais ça ne semblait pas très semblable à moi.

Comme ceci :

J’ aime le chargement…